LES TENDANCES AUTOMNE HIVER 2017 – 2018 DE LA FASHION WEEK DE MILAN

Milan a accueilli, le 22 Février à  27, un événement très attendu dans le monde de la mode : la Fashion Week de Milan.

Pendant cet événement il y a eu  70 défilés de mode et 88 présentations. Compte tenu d’autres petites présentations, au total 174 étaient les collections qui ont attiré l’attention du public et des critiques. L’événement qui vient de ce passer peut avoir jeté les premières graines d’un changement futur. En fait, certaines marques ont choisi de présenter des vêtements pour les hommes et les femmes dans le même défilé ; parmi les premiers à  noter Bottega Veneta et Gucci.

Nombreuse tendancesont frappé l’originalité et, très probablement, caractériseront cet automne / hiver.

 

Les commentaires dont la Fashion Week de Milan a fait l’objet semblent confirmer l’appréciation d’une offre particulièrement diversifiée pour la créativité mise en scène par les différentes marques et la présence pas indifférente des maisons de mode étrangères importantes.

La collection Gucci, présenté dans le nouvel emplacement via Mecenate, a vu la participation des deux sexes.

Grande fut la curiosité sur les choix de Alexander Michael, l’homme qui a mené la marque Gucci à  une véritable révolution. Même pendant la Fashion Week de Milan était la volonté de présenter des tenues caractérisées par un lecteur vers l’avenir.

Un monde, celui proposé par le concepteur, riche en couleurs et de fantaisie, comme en témoignent les riches gravures de lys, des roses, des coléoptères, des papillons, des libellules, des marguerites, des serpents, des iris et beaucoup d’autres articles. Aussi différentes citations du passé qui ont fasciné ceux qui ont assisté au défilé.

La marque italienne EdithMarcel dédié son spectacle aux chefs pour l’automne hiver 2017-18, présentant une collection pas le genre de glamour, de style de modérément vestimentaire et assez propre. Le défilé Edith Marcel a été installé dans le nouvel emplacement choisi pour la Maison de la mode, à  savoir la chambre Cavallerizze, situé dans les espaces prévus par le Musée des sciences et de la technologie.

 

Prada a opté pour des vêtements ajustés, cà´te à  cà´te dans des jupes à  plusieurs niveaux. Une surprise a été, cependant, le costume de velours mà¢le, caractérisé par soutien-gorge sur l’affichage. Pour compléter l’offre étaient des robes avec des franges et des casquettes en cuir.

Blouses et jupes en soie Prada ont vu comme protagonistes gravures dédiées aux divas d’antan, présentés dans un style selfie. Prada a toujours contaminé ses créations avec des idées issues des 40 dernières années de la mode; d’o๠la décision de proposer des casquettes et des pantalons baggy en velours cà´telé, parfaitement assorti avec top crochet triangle.

 

La femme a également été le protagoniste du défilé de mode Missoni. Angela, en fait, a présenté au public le pussyhat, à  savoir chapeaux roses avec des oreilles de chat. Ces coiffes sont maintenant connues comme le symbole principal des femmes partout dans le monde contre Donald Trump, accusé d’être sexiste. La volonté de Missoni à  consacrer leur propre espace au sein de la Fashion Week de Milan aux droits des femmes semblait évidente de l’invitation faite, qui était présent à  la parade, de monter sur le podium.

L’intention était de montrer à  tous que le monde de la mode a choisi de prendre parti contre le nouveau compact président américain.

Parmi les marques étrangères, particulièrement apprécié était Ricostru, fondée en Chine en 2011. Le choix de la marque était de présenter une collection de saveur rétro, sur la base d’élégants costumes, pantalons pour hommes, vestes, chà¢les, corsets, sans parler de plusieurs robes avec décolleté généreux. En ce qui concerne le choix des couleurs, le choix est tombé sur des teintes brillantes, mais aussi le noir, argent et roussà¢tre métallique douce étaient les protagonistes.

Kristina Ti, marque née de l’imagination de l’stylite de Turin Cristina Tardito, a opté pour un défilé de mode plus ludique, ce qui confirme ce qui a été présenté dans les dernières saisons. Pour loger ses créations était, dans le Corso Venezia, Palais Bovara. En particulier, la collection de cette année a été inspiré par le cygne de femme. L’idée était de proposer des leaders qui pourraient mieux exprimer la féminité, sans renoncer à  une touche de provocation. Une femme contemporaine, moins naà¯f que par le passé.

impressions de tissus ont vu des troupeaux de cygnes protagonistes, mais aussi des micro fleurs. col roulé Inévitable, jersey combinaisons de cà´tes, des chemises et des jupes plus de laine brodé perforée minimale, flanquées par des modèles en tissu lourd. Certains sur chemises ont également été proposés comme vêtement réel; d’autres, cependant, ont été caractérisées par une coupe masculine et les couleurs vives. Kristina Ti a également pensé aux soirées; d’o๠le choix d’utiliser plusieurs couleurs à  pois et effets paillettes lurex. Enfin, en ce qui concerne les chaussures, la marque a présenté sur les bottes des défilés en vinyle ou poney et sabots, que ce soit dans les versions fermées ou ouvertes.

 

Il y a eu, au cours de cette édition de la Fashion Week de Milan, les coups de génie nés d’étonner le public, et de transformer un défilé simple, en un événement.

Moschino a ouvert sa soirée en présentant le modèle Kendall Jenner enveloppé dans un costume qui, apparemment, semblait en carton et fermé avec un ruban d’emballage adhésif, utilisé à  la place de la ceinture. sacs à  ordures, cependant, ont été portés comme une mini-robe.

Marni, pour sa part, a choisi de fermer leur spectacle avec différentes robe matelassée cocktails, semblable à  du papier bulle rendue encore plus frappante par la présence de paillettes de disque.

Emporio Armani a fait réel les vestes présentées grà¢ce à  la présence d’éléments comme des bouches, des yeux et des mains; un style fascinant surréaliste.

Bottega Veneta a également voulu laisser le public dans la crainte d’opter, entre autres, pour un manteau à  double boutonnage avec épaulettes « diaboliques », caractérisé par des lignes très féminines rehaussées par un resserrement taille ceinturée. Jil Sander, à  la place, a choisi des jupes sous le genou, sà»rement austère, porté conjointement avec col roulé.

 

Dolce & Gabbana, une fois encore, joué pour surprendre tout le monde en présentant dans les défilés vestes à  fourrure et casquettes à  oreilles. Pour rendre le look encore plus rare étaient les gants avec des griffes et des accessoires (principalement des subventions), avec le nez et la moustache. touffes de cheveux pour Marni; dans ce cas, les cheveux a été la star de bottes et chapeaux.

Diesel Black Gold méritent d’être rappelés la veste d’agneau glacé et renversé, et les jupes en denim de faible hauteur, accompagné de poches plaquées et maille manches.

Versace, enfin, a décoré ses créations, ce qui les rend à  la fois plus sensuel et sombre, avec des mots consacrés au féminisme: le courage, l’amour et la fidélité.

Article écrit par l’équipe VFW VFW Magazine. Suivez-nous sur Instagram @vfashionworld (https://www.instagram.com/vfashionworld/) pour toutes les dernières nouvelles.

 

Foto credit fashionisers: http://www.fashionisers.com

 

 

 

 

Leave a Reply
Your email address will not be published. *